mardi 24 octobre 2017

L’après Pernon… c’est maintenant !

Cette fois, c’est vrai.

24102017-vendue

J’ai bien des fois, par le passé, utilisé cette formule de “l’Après Pernon”, pour y associer mes doutes et mes aspirations… J’avais fini par n’en plus trop parler, pensant que c’était vain — jusqu’à ces jours récents où le message de Bruno a “relancé la machine” !
Ce matin, nous mesurons l’ampleur de la tâche qui nous attend : une grande maison occupée depuis près de quinze ans, que n’y avons-nous pas entassé ! Il n’y a pas que pour mes livres, mais c’est tout : vêtements, outillage en tous genres, documents antédiluviens conservés par laisser-aller… tout cela devra maintenant être ramené à sa plus simple expression !

Plan de bataille de ce matin :
— Prévenir les amis L. de l’annulation du séjour prévu chez eux à Paris (nous avons bien d’autres choses à faire… tant pis pour le “Tartuffe” que nous voulions voir, et les billets achetés…)
— Reprendre la liquidation de tous les vieux documents entassés dans les cartons de la mezzanine, ainsi que les livres d’informatique… direction déchetterie !
— Mais Isabelle et Clémence sont venues dans l’après-midi, et nous avons déjà fait une sélection d’outillage pour elles, et aussi d’un certain nombre de livres…
— Faire venir le jardinier pour lui régler son travail et lui dire que la maison est vendue…
— Finir de tondre à l’arrière de la maison

Ce soir, je suis “vanné”, comme on dit chez nous.

Ce journal

Je veux absolument le poursuivre, même s’il doit être pendant un certain temps le déversoir de tous nos problèmes matériels, plutôt que de réflexions profondes…

Hegel et l’Arioste

Je compte bien poursuivre aussi; mais ce sera certainement de façon plus décousue que ces derniers temps. En conséquence, je ne vais plus procéder comme je le faisais, je signalerai seulement à l’intention des lecteurs éventuels l’achèvement d’un “Chant” ou d’un “Chapitre”.

Publicités