mardi 7 novembre 2017

Mon “p’tit vélo”

Nous sommes donc repartis pour Bordeaux ce matin. Mais avec arrêt à Langon, Mireille ayant un RV chez le dentiste. J’avais emmené mon “p’tit vélo” et en l’attendant, sur la place Kennedy, je l’ai déplié et j’ai fait plusieurs tours du parking avec amusement, et en suscitant l’étonnement des passants ! Je commence à m’y habituer, et ce n’en est que plus agréable. Le replier demande un certain doigté, la “doc” est évidemment très mal faite… des pages du genre “ne pas plonger dans l’huile, ne pas laisser dans l’eau” — comme dit la comptine “ça ferait un escargot, tout chaud” !

À Bordeaux

Nous sommes arrivés de bonne heure, avant midi et longtemps avant notre RV ; nous avons donc décidé d’aller voir si au “Leclerc Chartrons” à 5 mn à pied de l’appartement convoité, il n’y aurait pas une “Cafétéria” où nous pourrions manger quelque chose ? Parking immense, bâtiment pharaonique… mais pas la moindre “Cafèt’” !
Nous décidons de laisser la “Jag” au parking, et de prendre l’autobus. On descend donc sur la ligne 4 vers les Chartrons… et nous nous arrêtons à un endroit il nous sera possible de reprendre le bus dans l’autre sens pour retourner à notre RV. Quartier assez animé — et crasseux. Nous avisons un restaurant Thaï, mais il est minuscule et bondé : “Complet”. De l’autre côté de la rue, un chinois propose toutes sortes de mets que l’on peut choisir, commander au poids, qu’on nous fait réchauffer avant de nous les servir… nous commandons aussi une bière “Tsingtao”…

07112017-resto-chinos

C’est très amusant : nous avons l’impression d’être de nouveau à Pékin, quand nous déjeunions dans de minuscules restaurants comme celui-ci…
Ce que nous avalons n’est pas mauvais du tout… et si peu cher… que c’est vraiment comme à Pékin ! 13 € à deux ! On se dit : « On reviendra  ! »

Puis nous filons à notre RV.

L’appartement ! Ça y est !

Nous n’attendons guère avant de retrouver l’employé de l’Agence. L’appartement est donc bien celui que nous avions supputé ! Mais si les fenêtre de la “tour” sont bien celles de la salle de séjour, la cuisine et les chambres, elles, sont sur le côté ! Comme on peut le voir sur la photographie ci-dessous :

07112017-appartement

Mauvaise surprise : l’ascenseur est “en entretien” : nous grimpons les quatre étages par l’escalier. Le propriétaire, un gabonais, et sa famille, sont là actuellement, ce qui nous gêne un peu… Je n’ose pas faire les photographies que j’aurais voulu faire. Mireille chipote un peu sur la cuisine qu’elle trouve trop grande et le salon trop petit… Nous supputons où nous pourrions mettre la grand armoire et la comtoise…  Mais cet appartement a beaucoup d’avantages : il est propre et disponible sous peu ; il est assez bien doté de placards-rangements-penderies ; les chambres sont de taille très convenables. La salle d’eau n’a pas de baignoire, mais de dimensions convenables aussi, il a une place de garage au sous-sol, et… il est équipé de la fibre ! Fini de me battre avec “ADSL-bout-de-ficelle” et ses 240 Ko par beau temps…

Redescendus dans la cour-jardin (très proprette), nous discutons encore un peu avec le “négociateur” de l’Agence, puis nous signons un document de “proposition”, à un montant un peu moins élevé que le prix annoncé. Et nous repartons vers la place des Quinconces porter des documents concernant Pernon au Notaire, puis nous rentrons en attendant la suite.
Peu après 19 heures, la réponse arrive : notre proposition est jugée insuffisante… Nous acceptons donc le prix initial : pas envie que l’affaire nous “passe sous le nez” ! Marché conclu, cette fois-ci. Rendez-vous pris pour le 14 novembre à 11 heures pour la signature du compromis de vente ! Le même jour que pour celui de la vente de Pernon ! Voilà une affaire rondement menée…
Maintenant, il faut râcler les fonds de tiroirs et ceux de nos poches pour trouver le montant de la somme à verser en garantie… Nous y parviendrons, quitte à manger du hareng saur au lieu d’ortolans…

Ouf ! Cette fois, alea jacta est.
Mais une fois de plus — rien pu faire d’autre…